Boha-au-sac & bohaires anciens

Voir aussi !es Copies de pihets anciens

La plupart des textes contenus de ces dossiers ont pu être rédigés grâce aux recherches de Lothaire Mabru et de Jacques Baudoin.

"Boha-au sac" (souffle dans le sac) nom des instruments anciens afin de les différencier des (néo)-Bohas (instruments revivalistes) actuels.

  • Jeanty Benquet

    20 Jeanty Benquet
    Guillaume Justin « Jeanty » BENQUET dit « lou Tcha-tchou » ou « lou Tric » nait en 1870 à Pindères dans l’actuel département du Lot et Garonne. Il joue de la boha dans les bals des environs. Puis il s’installe après son mariage dans un quartier de Bazas (33) ou il joue notamment pour la Félibrée de 1927. Puis il se produit régulièrement avec le groupe folklorique local « Lous Bazadès ». Les nombreuses prestations de cet ensemble l’emmènent entre autres dans les villes de Nice, Paris et Bordeaux... A Londres en 1937, il accompagnera seul les échassiers du groupe. Jeanty Benquet était gaucher. Nous avons retrouvé un disque de cire datant de 1934 avec 3 de ses interprétations ainsi qu’un film Pathé Gaumont dont le son à malheureusement été effacé. Il décède en 1957 à Cazats (33) à l’âge de 87 ans. Avec lui s’éteint le dernier bohaire routinier. L’instrument original ci dessus est complet : poche en peau de chien avec sa housse en velours rouge, bohet en buis incrustés d’étain, souche en corne. Le pihet gaucher en bois de buis rougi par le temps est aussi incrusté d’étain et porte deux anches simples de type lamelle rapportée roseau sur support d’étain ou de plomb. La boha « Benquet » originale est conservée par Dominique Bougé, facteur et collectionneur de cornemuses breton. Il a bien voulu confier l’instrument en 2012 à Patrick Burbaud pour Bohaires de Gasconha. C’est à partir de ses relevés que la copie qui sonne ici a été réalisée. Benquet copie        Références bibliographiques : "LA CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE", Lothaire Mabru, tiré à part du n° 74 (4ème trimestre 1986) des cahiers du Bazadais, centre Lapios-Belin-Beliet. "LA CORNEMUSE LANDAISE LA BOHA" Actes du colloque mai 2006, Abbaye d'Arthous Hastingues (40) CG Landes / ENM Landes ; 2007. "LA BOHA METHODE DE CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE " Bohaires de Gasconha ; 2011.
  • Jean Blanchard

    7 Jean Blanchard
    Jean BLANCHARD dit "Lou petit parrain" est né le 19 Novembre 1838 à Estigarde était meunier à Bourriot Bergonce (40). Il y est décédé le 2 décembre 1929 à l'âge de 91 ans. Cette boha qui est complète, à servi de modèle en 1973 pour reconstruire les nouveaux instruments revivalistes. Elle comporte un pihet (avec embout de brunidèr) en buis décoré et incrusté d'étain et anché à lamelles rapportées sur support métal, une souche incrustée en bois buis, un bohet en deux parties dont l’une incrustée, une poche en peau retournée. Cet instrument est conservé à Bourriot par l'arrière petite fille du sonneur. La copie qui sonne ici a été faite d’après des relevés de Bernard Desblancs. Blanchard copie         Un second pihet jusqu'alors inconnu, fut présenté par sa propriétaire à Patrick Burbaud et Jacques Baudoin lors de leur visite en 2015. Références bibliographiques : "LA CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE", Lothaire Mabru, tiré à part du n° 74 (4ème trimestre 1986) des cahiers du Bazadais, centre Lapios-Belin-Beliet. "LA CORNEMUSE LANDAISE HIER... AUJOURD'HUI" ; Ecomusée GL / PNRLG, pages 9 et 10 ; 1980. "LA CORNEMUSE LANDAISE LA BOHA" Actes du colloque mai 2006, Abbaye d'Arthous Hastingues (40) CG Landes / ENM Landes ; 2007. "LA BOHA METHODE DE CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE " Bohaires de Gasconha ; 2011.
  • Cabanac-Catdric

    6 Cabanac-Catdric
    Cette boha dite « CABANAC-CATDRIC » du nom qui est gravé sur la tranche, est incomplète ; elle comporte seulement un pihet en buis. Cet instrument est conservé à Sabres à l’Ecomusée de Marquèze. Sa conservatrice a bien voulu confier l’instrument en 2013 à Patrick Burbaud pour Bohaires de Gasconha pour une journée d’étude. La copie qui sonne ici a été faite d’après des relevés de Bernard Desblancs et complétée par ma vue de l’original.   Cabanac copie             Références bibliographiques : "LA CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE", Lothaire Mabru, tiré à part du n° 74 (4ème trimestre 1986) des cahiers du Bazadais, centre Lapios-Belin-Beliet. "LA CORNEMUSE LANDAISE HIER... AUJOURD'HUI" ; Ecomusée GL / PNRLG ; 1980 ; plan 11. "LA CORNEMUSE LANDAISE LA BOHA" Actes du colloque mai 2006, Abbaye d'Arthous Hastingues (40) CG Landes / ENM Landes ; 2007 "LA BOHA METHODE DE CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE" Bohaires de Gasconha ; 2011
  • Claouriot

    9 Claouriot
    Cette boha a appartenu à CLAOURIOT DUBOURG de Saint-Symphorien (33) qui est répertorié en page 28 et 43 de l'ouvrage "La cornemuse des Landes de Gascogne" par Lothaire Mabru « …Deux autres musiciens jouaient de la cornemuse à Saint-Symphorien : le père et le fils Dubourg, le premier né en 1843 ; le second prénommé Claouriot, né en 1869 et décédé peu avant 1939. Ils participent tous deux aux concours de Bounloures (Bohas) de Saint-Symphorien  en 1889, et sont classés second ex-æquo. Ils ont vraisemblablement participés au concours de Villandraut de 1888, puisque « Le Conservateur du Bazadais »  les  présente comme étant tous les deux premier prix de Villandraut. Claouriot Dubourg est encore présent dans les mémoires et l’on se rappelle qu’il jouait de la cornemuse lors de la tuaille du porc, qui était aussi une occasion de faire la fête et de danser. » Cet instrument comporte : un pihet en buis décoré et incrusté de métal, une souche incrustée en bois de fruitier, un bohet en deux parties dont l’une incrustée, une poche en peau retournée de facture récente. Cet instrument est conservée par l'association Bohaires de Gasconha. La copie qui sonne ici a été faite d'après mes propres relevés et au vu de l'original.  Claouriot copie             Références bibliographiques : "LA CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE", Lothaire Mabru, tiré à part du n° 74 (4ème trimestre 1986) des cahiers du Bazadais, centre Lapios-Belin-Beliet.  
  • Dardey

    6 Dardey
    Cette boha dite « DARDEY » a été achetée dans un dépôt vente de Mont de Marsan (40) par M. G Dardey. Elle faisait partie d’un lot d’objets anciens achetés aux enchères à la suite du décès de son propriétaire en 2001. Celui-ci nommé Georges Queyroux, s’était installé à Labastide-d’Armagnac au début du XXe siècle sans que rien ne puisse rapprocher sa famille de cet instrument plutôt localisé dans la partie nord du département… Cette boha comporte une poche en peau retournée, une souche gravée, un porte vent incomplet, un pihet sans anche ni brunidèr ; elle est conservé par son propriétaire à Bascons (40). La brochure décrite ci-dessous relate son parcours et fourni un plan acceptable qui, conjugué à ma vue de l’instrument, a permis la facture de la copie qui sonne ici.   Dardey copie               Références bibliographiques : "AUTOUR D'UNE CORNEMUSE LANDAISE", Extrait du "Bulletin de Borda" Dax n°461 (2006) ; G. Dardey, Y. Cozian. "LA CORNEMUSE LANDAISE LA BOHA " Actes du colloque mai 2006, Abbaye d'Arthous Hastingues (40) CG Landes / ENM Landes ; 2007. "LA BOHA METHODE DE CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE " Bohaires de Gasconha ; 2011.
  • Dupin

    4 Dupin
    Cette boha dite « DUPIN » comprend un pihet en buis décoré et incrusté d'étain et non anché, une souche incrustée en bois buis, un bohet en deux parties dont l’une incrustée, une poche en peau retournée. Cet instrument attribué au facteur Jean Bellegarde dit « Nanot de Yoy » de Sabres est conservé sur place par son propriétaire Nanot Dupin. La copie qui sonne ici a été faite d’après des relevés de Bernard Desblancs.   Dupin copie                  Références bibliographiques : "LA CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE", Lothaire Mabru, tiré à part du n° 74 (4ème trimestre 1986) des cahiers du Bazadais, centre Lapios-Belin-Beliet. "LA CORNEMUSE LANDAISE HIER... AUJOURD'HUI" ; Ecomusée GL / PNRLG, plans 1 et 2 ; 1980 . "LA CORNEMUSE LANDAISE LA BOHA" Actes du colloque mai 2006, Abbaye d'Arthous Hastingues (40) CG Landes / ENM Landes ; 2007. "LA BOHA METHODE DE CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE" Bohaires de Gasconha ; 2011.
  • Jean-Germain Lestage

    8 Jean-Germain Lestage
    Jean-Germain LESTAGE nait en 1869 à Brocas dans l’actuel département des Landes. Cultivateur de métier il joue de la boha de 12 à 78 ans. En 1937, un groupe de danseurs et de musiciens dont il fait partie est formé pour représenter le département des Landes à l’exposition universelle de Paris.   Il se produit également régulièrement avec le groupe folklorique local. Malheureusement il ne souhaite pas transmettre son art à son successeur Joseph Barsac (né en 1922), qui n’aura donc plus qu’un rôle figuratif jusqu’en 1960 dans ce groupe de Brocas, reformé après guerre sous le nom « Lous Esquiros d’Albret ». Jean-Germain LESTAGE décède en 1952 au Sen de Labrit (40) à l’âge de 83 ans. La boha de J-G Lestage donnée par son petit fils est conservée dans les réserves de l’écomusée de la Grande Lande de Marquèze à Sabres sous le numéro d'inventaire : 2005.2.1, avec trois autres bohas anciennes. Sa conservatrice a bien voulu confier l’instrument en 2013 à Patrick Burbaud pour Bohaires de Gasconha pour une journée d’étude. L’instrument est complet : poche en peau d’agneau retourné, bohet et souche en buis incrustés d’étain. Le pihet en bois de robinier (faux acacia) est aussi incrusté d’étain et porte deux anches simples de type idioglotal en roseau. La copie qui sonne ici a été faite d’après des relevés de Bernard Desblancs complétés par ma vue de l’original. Lestage copie              Références bibliographiques : "LA CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE" ; Lothaire Mabru, tiré à part du n° 74 (4ème trimestre 1986) des cahiers du Bazadais, centre Lapios-Belin-Beliet. "LA CORNEMUSE LANDAISE HIER... AUJOURD'HUI" ; Ecomusée GL / PNRLG, Plans 5 et 6 ; 1980. "LA CORNEMUSE LANDAISE LA BOHA" Actes du colloque mai 2006, Abbaye d'Arthous Hastingues (40) CG Landes / ENM Landes ; 2007 ; pages 29 et 30. "LA BOHA METHODE DE CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE" Bohaires de Gasconha, page 26 ; 2011.  
  • François Mivielle

    13 François Mivielle
    Cette boha a appartenu à François MIVIELLE de Allons (40) qui est répertorié 54 de l'ouvrage "La cornemuse des Landes de Gascogne" par Lothaire Mabru « …C’est au quartier de Rieussort que François Mivielle (1878-1976) apprend la cornemuse avec son oncle. Si, pendant un certain temps il joue aussi bien de la cornemuse que de la vielle à roue, il semble qu’il abandonne assez to la boha car seules les personnes les plus âgées se souviennent de lui comme cornemuseux, notamment à Giscos, ou il s’installe lors de son mariage. Là, les jeunes le retenaient chaque année pour animer leurs différents bals. Il habite ensuite Captieux où il est surtout connu comme vielleux, et joue régulièrement au « casino » en compagnie d’autre vielleux. » Cet instrument est complet et comporte : Une poche en peau retournée terminée par un cordon de velours, un pihet en bois décoré (gravures), deux anches simples en roseau, souche et tuyau d'insufflation incrustés d'étain, réservoir en cuir vernissé. Filasse au niveau des jointures des tuyaux dans leur souche. Pièces de bois en buis taillées, incrustation d'étain. Crédit photo MuCEM - cliché Hervé Jézéquel  / Lien internet : http://www.cornemuses.culture.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=467&Itemid=6 Cet instrument est répertorié sous le n° Boha 1966.114.2 au Musée des Arts et traditions Populaires de Paris ou exposé dans la Galerie culturelle, sous le numéro 435.02, il illustrait la musique comme expression artistique. Il a été confié au Musée des Arts et traditions Populaires de Montluçon en 2012. Son conservateur a bien voulu confier l’instrument en 2012 à Patrick Burbaud pour Bohaires de Gasconha pour une journée d’étude. C’est à partir de ses relevés que ma copie qui sonne ici a été réalisée. Ce pihet est plutôt long comparé aux autres pihets anciens retrouvés, ainsi ma copie sonne en La bémol assez bas. Mivielle copie                Références bibliographiques : "LA CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE", Lothaire Mabru, tiré à part du n° 74 (4ème trimestre 1986) des cahiers du Bazadais, centre Lapios-Belin-Beliet. "LA CORNEMUSE LANDAISE LA BOHA" Actes du colloque mai 2006, Abbaye d'Arthous Hastingues (40) CG Landes / ENM Landes ; 2007     Crédit photo DIAPORAMA Frédéric Vigouroux, Robert Matta et Gaétan Polteau, droits réservés
  • Mondineu

    16 Mondineu
    Pierre MONDINEU (1847-1925), artisan sabotier à Pindères (47) et facteur de boha a fabriqué cet instrument pour son fils Léon Mondineu (1871-1964) bohaire qui jouait aussi du violon et qui faisait parfois « le photographe ». Cette boha est complète : une poche en peau de mouton, avec bois sculptés, décorés et travaillés, le bohet, la souche et le pihet sans les anches. D’abord confié après guerre au musée d’Agen par Voltaire Mondineu, le fils de ce dernier, cet instrument est conservé actuellement et répertorié sous le n° 17587 au Musée Paul Dupuy de Toulouse. Son conservateur a bien voulu confier l’instrument-actuellement gardé dans les réserves - en 2102 à Patrick Burbaud pour Bohaires de Gasconha pour une journée d’étude et d’actualisation des données déjà prises en 1980 par Bernard Desblancs. C’est à partir de ses relevés et complété par ma vue de l’original que ma copie qui sonne ici a été réalisée.   Mondineu.1 copie       A noter que 2 autres pihets en bois de fruitiers ont été retrouvés recemment par la famille du facteur. J'ai pu y avoir accés et faire des copies :   Mondineu.2 copie        Mondineu.3  copie      Références bibliographiques : "LA CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE" ; Lothaire Mabru, tiré à part du n° 74 (4ème trimestre 1986) des cahiers du Bazadais, centre Lapios-Belin-Beliet. "LA CORNEMUSE LANDAISE HIER... AUJOURD'HUI" ; Ecomusée GL / PNRLG, plans 3 et 4 ; 1980. "LA CORNEMUSE LANDAISE LA BOHA" ; Actes du colloque mai 2006, Abbaye d'Arthous Hastingues (40) CG Landes / ENM Landes, p 35 ; 2007. "LA BOHA METHODE DE CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE" ; Bohaires de Gasconha, pages 127 à 135 ; 2011.
  • Mougnères

    7 Mougnères
    Cette boha ayant appartenu Raymond MOUGNÈRES métayer à Sabres (1898-1976), est complète : une poche en peau tannée en manchon, avec bois sculptés, décorés et travaillés, le bohet, la souche et le pihet. Cet instrument attribué au facteur Jean Bellegarde dit « Nanot de Yoy » de Sabres à été photographié par Félix Arnaudin au début du 20e siècle. Il est conservé à Sabres à l’Ecomusée de  Marquèze sous le numéro d'inventaire : 1980.63.1. Sa conservatrice a bien voulu confier l’instrument en 2013 à Patrick Burbaud pour Bohaires de Gasconha pour une journée d’étude. La copie qui sonne ici a été faite d’après des relevés de Bernard Desblancs et complétée par ma vue de l’original. Mougnères copie           Références bibliographiques : "LA CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE" ; Lothaire Mabru, tiré à part du n° 74 (4ème trimestre 1986) des cahiers du Bazadais, centre Lapios-Belin-Beliet pages 18, 27, 33, 34, 38. "LA CORNEMUSE LANDAISE HIER... AUJOURD'HUI" ; Ecomusée GL / PNRLG ; 1980 ; Plans 12 et 13. "LA CORNEMUSE LANDAISE LA BOHA" ; Actes du colloque mai 2006, Abbaye d'Arthous Hastingues (40) CG Landes / ENM Landes ; 2007; page 30, 36. "LA BOHA METHODE DE CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE" ; Bohaires de Gasconha ; 2011 ; page 27 photo recente et page 37 (photo Arnaudin Musée d'Aquitaine).  
  • Lalanne-Padèra

    5 Lalanne-Padèra
    Cette Boha a appartenu à Lalanne dit « PADÈRA » d’Uzeste (33), qui est répertorié en page 46 de l'ouvrage "La cornemuse des Landes de Gascogne" de Lothaire Mabru « …plusieurs personnes ont évoqué le souvenir de Lalanne dit « Padèra » ou encore « lo vielle Padèra ». Né vers 1870, il était agriculteur, résinier et gagnait aussi sa vie en vendant des escargots et des gemelles –écorce de pin enlevée par le hapchot qui s’emploie pour allumer le feu de cheminée. » Sa Boha a été retrouvé sur une poutre sur son lieu d’habitation à Padèra quartier d’Uzeste par les actuels propriétaires en 1995. Les anches et le brunidèr ont été égarés. Cet instrument comporte : un Pihet en buis décoré et incrusté de métal attribué au facteur Jean Bellegarde dit "Nanot de Yoy" de Sabres. Par ailleurs une souche en bois indéterminé ainsi qu'un Bohet incomplet et une poche en peau retournée semblent avoir été réalisés par un autre facteur. Cette boha est toujours conservée sur place à Uzeste ; ses actuels propriétaires ont bien voulu confier l’instrument en 2012 à Bohaires de Gasconha pour étude. La copie qui sonne ici a été faite d'après mes propres relevés et au vu de l'original.   Padèra copie                Références bibliographiques : "LA CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE", Lothaire Mabru, tiré à part du n° 74 (4ème trimestre 1986) des cahiers du Bazadais, centre Lapios-Belin-Beliet. "LA CORNEMUSE LANDAISE LA BOHA" Actes du colloque mai 2006, Abbaye d'Arthous Hastingues (40) CG Landes / ENM Landes ; 2007 "LA BOHA METHODE DE CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE" Bohaires de Gasconha ; 2011  
  • St Martin Chalosse

    8 St Martin Chalosse
    Cette boha dite « Saint MARTIN CHALOSSE » don de M. et Mme Saint Martin en 1982, est complète : poche en vessie animale avec bohet, souche, pihet sans brunidèr, une anche en sureau. Cet instrument est conservé à Sabres à l’Ecomusée de  Marquèze sous le numéro d'inventaire : 1982.23.1. Sa conservatrice a bien voulu confier l’instrument en 2013 à Patrick Burbaud pour Bohaires de Gasconha pour une journée d’étude. La copie qui sonne ici a été faite d’après des relevés de Bernard Desblancs, qui ont été complétés par ma vue de l’original. St Martin copie          Références bibliographiques : "LA CORNEMUSE LANDAISE HIER... AUJOURD'HUI" ; Ecomusée GL / PNRLG ; 1980 Plans 7 et 8. "LA CORNEMUSE LANDAISE LA BOHA" ; Actes du colloque mai 2006, Abbaye d'Arthous Hastingues (40) CG Landes / ENM Landes ; 2007 ; pages 30, 35 et 36.    
  • Bellegarde-Bernède-Ninet

    4 Bellegarde-Bernède-Ninet
    Boha dite « BELLEGARDE-BERNEDE-NINET » ou "ATP MuCEM D1953.15.66" Pierre Lafargue dit "Pierroun", berger et bohaire d'Arjuzanx (40) a offert en 1895 cette cornemuse, qui selon Félix Arnaudin (1844-1921) aurait été fabriquée par Ninet de Luglon, à Ferdinand Bernède (1869-1963) le photographe du village (voir ses cartes postales). Il l'a remontée avec un sac neuf, sur lequel il a consigné et signé à l'encre noire, un de ses poèmes "Le berger landais". On note, situé sur le côté du pihet une inscription en lettres majuscules : « BELLEGARDE A SABRES ». Cette cornemuse pourrait être attribuée au facteur Jean Bellegarde dit « Nanot de Yoy » de Sabres (40), si la facture de cet instrument ne différait grandement des autres bohas qui lui ont été attribuées et sur lesquelles on trouve sa griffe (coq stylisé ci dessous). Sur celle-ci elle en est absente… > voir Mougnères    > Padèra  > et Dupin   Jean Bellegarde dit "Nanot de Yoy", du quartier de Poursiouguères à Sabres était charron, arracheur de dents, cul de jatte et facteur de bohas. Selon un autre facteur Ninet de Luglon « ...Moi j'ai fait danser à la bouhe... Le Yoy est le premier qui en a fait pour les vendre. Il les vendait 10 à 15 francs selon la façon. C’était beaucoup. Certains les trouvaient trop chères et se les fabriquaient. Moi j’en faisais pour 10 francs. Les plus belles étaient en buis. Il y en avait en cerisier, en poirier, en sorbier...Gn’aué de les aflourades. » dernière phrase, que l’on peut traduire littéralement par "il y en avait avec des fleurs" et pouvant signifier aussi "les plus belles étaient très bien décorées" ce qui est peut être le plus près du sens, mais pas de la forme.     Cette boha est presque complète : pihet en buis décoré et gravé sans brunidèr, avec deux anches simples en roseau, souche et bohet incrustés d'étain, réservoir en cuir vernissé. Filasse au niveau des jointures des tuyaux dans leur souche. Entrée au MNATP de Paris par un dépôt du musée d'Hossegor en 1953, cet instrument a été présenté à l'exposition "Bergers de France" (Paris, MNATP, 1962). Il a ensuite été acheté (mais a gardé son numéro d'inventaire d'origine D1953.15.66) afin de  rester exposé dans la galerie scientifique du musée jusqu'en 2003. Cette boha est actuellement conservée au MuCEM à Marseille. Aucun plan n'est actuellement disponible. A noter que cette Boha a servi de modèle pour l'affiche du groupe Nadau. Références bibliographiques : "LA CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE", Lothaire Mabru, tiré à part du n° 74 (4ème trimestre 1986) des cahiers du Bazadais, centre Lapios-Belin-Beliet  page 37 et 56. "CHANTS POPULAIRES DE LA GRANDE LANDE", Félix Arnaudin (oeuvres complètes 8 volumes), tome 1 (vol III), par Jacques Boisgontier et Lothaire Mabru, Parc Régional des Landes de Gascogne, édition Confluences (1994-2002) p 410 à 413. Lien internet : http://www.cornemuses.culture.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=465&Itemid=6
  • Bernard Baris

    19 Bernard Baris
    Cette boha a appartenu à Bernard Baris, de Pompéjac (33) qui est répertorié dans l'ouvrage "La cornemuse des Landes de Gascogne" par Lothaire Mabru « …Bernard Baris est né à St Gor (40) en 1848 et décédé à Pompéjac en 1937, était scieur de long. On raconte à son sujet que lorsqu’il faisait bal, il tournait le dos aux danseurs car cela le faisait rire. Il avait fabriqué lui-même sa cornemuse. » Cet instrument est complet ; il  comporte une poche en peau retournée, un pihet avec 2 anches en sureau et brunidèr avec chainette, une souche en bois cerclée de métal, un bohet en bois en deux parties. Cette cornemuse n’est plus localisée à ce jour mais un plan avait été fait par Michel Mazurie (cf ref.) et une photo avait été prise par H. Marliengeas pour le Centre Lapios (cf page 38 ref.ci dessous). Aucune copie n’a été effectuée.   Références bibliographiques : "LA CORNEMUSE DES LANDES DE GASCOGNE", Lothaire Mabru, tiré à part du n° 74 (4ème trimestre 1986) des cahiers du Bazadais, centre Lapios-Belin-Beliet. pages 30, 36, 38 et 46.
  • ATP 1966-14-3

    5 ATP 1966-14-3
    Ce pihet de boha dit «ATP 1966.114.3 » d’origine inconnue (c'est peut être celle trouvée chez M Capdeville Moulin de Lestrat), a été achetée par Claudie Marcel-Dubois dans le cadre de sa mission ethnomusicologique dans les Landes pour le musée des Arts et traditions populaires (MNATP) de Paris. Cette boha est incomplète : "il subsiste un pihet gravé avec deux anches en roseau placées sur les tuyaux et un brunidèr en buis avec incrustations d'étain. Le décor est fait avec de l'encre verte et rouge (teinte passée), motif double ligne en arête de poisson pratiquée parallèlement à la ligne des trous de jeu, plus trois rosaces (une grosse en haut, de couleur verte, deux petites en bas, de couleur rouge). Un lacet de cuir est passé à travers un crochet de métal fiché à l'arrière du bloc (il permet d'attacher le brunidèr). Une tige de fer y est également accrochée (elle permet l'accordage avec de la cire - absente). La souche principale, en de forme de tronc de cône, est incrustée de deux bagues d'étain aux bords dentelés, reliées entres elles à certains endroits par une bande d'étain verticale également dentelée, de la même largeur que les bagues. Le tuyau d'insufflation est en bois blanc, de facture assez grossière travaillé à la main semble-t-il. Sa souche tubulaire est décorée de bandes d'étain incrusté et de plusieurs sillons (qui permettent de ligaturer le réservoir). En l'absence de poche, on voit bien les souches, et les sillons autour de laquelle on ligature la peau". Cliché Alice Barrat Cette boha est actuellement conservée au MuCEM à Marseille. Aucun plan n'est actuellement disponible.   Référence bibliographique : "LA CORNEMUSE LANDAISE LA BOHA" Actes du colloque mai 2006, Abbaye d'Arthous Hastingues (40) CG Landes / ENM Landes ; 2007 Lien internet : http://www.cornemuses.culture.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=466&Itemid=6  
  • Dubes

    12 Dubes
    Pihet Dubes : Est gravé sur un des cotés : "DUBES A MORCENX" Répertorié* dans les années 80 par Lothaire Mabru ce pihet fut retrouvé par Yan Cozian** en 2013 chez la famille Dubès originaire du quartier de Cornalos à Morcenx. * La cornemuse des landes de Gasconha - page 56 - Lothaire Mabru - Centre Lapios - 1990 ** Boha ! n°32 - page 9 - Journal de Bohaires de Gasconha - 2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×